Le circuit des églises romanes à coupoles du Ribéracois :

Porche de l'église de Champagne Eglise de Saint-Privat-des-Prés

Selon Raoul GLABER, "l'époque romane a couvert le Périgord d'une blanche robe d'églises". Voilà une image convenant tout particulièrement au Ribéracois, dernières terre d'Occitanie avant les pays de langue d'oil, riche de ses nombreuses églises romanes, pour la plupart édifiéees au cours du XIIème siècle.

Une originalité architecturale caractérise les églises romanes du Ribéracois : la coupole. Parfaitement intégrées au pays et aux villages par leur sobriété, toutes ces église posent l'énigme de l'origine de leurs coupoles. Plus que la marque hypothétique des cabannes de bergers, sans doute faut-il y voir une influence orientale. Peu étonnante, en cette période de grand pélerinages orientaux et des croisades, dans une région au grand dynamise culturel dont témoigne le troubadour Arnaud Daniel (né à Ribérac vers 1150), célèbre dans toute l'Europe et dont l'oeuvre devait marquer profondément Dante.

Certes, une carte de la répartition des coupoles montre que tout le Périgord a usé de ce type de voûte, mais la plus forte densité, sur les confins de la Dordogne et de la Charente, se situe bien en Ribéracois. Ces églises présentent des plans variés qui se réduisent cependant à quelques types précis : rectangle ; rectangle suivi à l'est d'une abside en demi-cercle ou polygonale, etc.

Eglise de Fontaines Eglise de Cherval

Il est à noter néanmoins des plans plus originaux, notamment à Saint-Privat-des-Prés (avec des bas-côtés), ou à Montagrier (à chevet trilobé).

La multiplication des coupoles dans certaines églises n'a rien de caractéristique, sinon qu'elle a donné le moyen de bâtir de véritables églises-forteresses, offrant ainsi, au dessus de leurs coupoles, de vastes chambres de défense ; c'est le cas à Saint-Martial-Viveyrols, Bourg-des-Maisons, Cherval ou Siorac ; la présence de créneaux, de meurtrières, suffit à prouver que ces églises ont servi de donjon aux habitants du village.

La décoration de ces édifices romans reste généralement très pure et sobre ; les portails sont rares, si ce n'est à Grand-Brassac (porail fait de remploi), à Faye (portail orné d'un tympan) ou à Saint-Privat-des-Prés (influencé par la Saintonge). Ces chapiteaux ont été aussi modestement décorés malgré des soins particuliers apportés à certains d'entre eux, notamment à Vanxains. Enfin certaines églises ont conservé des cuves baptismales cylindriques ou de forme octogonale, c'est le cas à Saint-Privat-des-Prés.

Telles sont brièvement présentées ces églises du Ribéracois qui malgré leur style souvent dépouillé et sévère (à l'inverse de celles des régions voisines comme l'Angoumois et la Saintonge) gardent une profonde pureté et originalité, et font sans nul doute le charme de bien des villages du Ribéracois.


Retour au sommaire

- Les produits du domaine - La chambre d'hôtes - La table d'hôtes - La situation géographique - Le patrimoine environnant - Notre village -


Hit-Parade