L'OcitaniaL'occitan :

 

L'occitan qu'est que c'est ?

 

 

Le "Patois" qu'on parle en Périgord, c'est l'occitan ou langue d'oc.

Ces deux noms signifient exactement la même chose. Si l'on préfère aujourd'hui l'appellation, ancienne elle aussi, d'occitan, c'est pour une simple raison de clarté, pour éviter la confusion avec le nom de la province : l'occitan n'est pas parlé seulement en Languedoc.

C'est la langue d'origine du pays.

Elle a été pendant des siècles la langue de toutes les classes de la population. Si la français l'a progressivement supplantée, elle continue d'être parlée par une bonne partie des occitans et beaucoup de ceux qui ne la parlent plus la comprennent.

Une langue à part entière.

C'est une langue issue d'une évolution particulière au Latin, au même titre que les autres langues romanes : le français, l'italien, l'espagnol, le catalan, le portugais, le roumain, le romanche.

 

Où parle-t-on l'occitan ?

Son territoire, l'Occitanie, comprend en gros 33 départements du "Midi" de la France, plus le Val d'Aran en Espagne, et une partie des hautes vallées alpines en Italie, moins le pays basque et le Roussillon catalan. Ainsi, par l'étendue de son territoire, dont le Périgord fait partie, l'Occitan est une des grandes langues d'Europe.

 

Les dialectes de l'occitan.

Sur l'étendue de ce territoire, l'occitan présente des variantes. On ne le parle pas exactement de la même façon à Marseille et à Pau, à Limoges et à Toulouse.

Ce sont différents dialectes d'une même langue. Ils sont répartis en deux grands ensembles :

Cette dialectisation est une situation naturelle et commune à toutes les langues. C'est le cas du français lui-même, qui n'est à l'origine qu'un des dialectes de la langue d'oïl. La constitution d'une langue unifiée, devenant langue "nationale" est un phénomène politique, non un processus linguistique naturel. C'est la centralisation politique et culturelle qui a fait du dialecte de l'Ile-de-France, celui du Roi et de la Cour, le "français" de référence, qui s'est imposé à tout le royaume. En l'absence de conditions historiques du même ordre, l'occitan est resté dans sa diversité dialectale naturelle.

Le Périgord est traversé par la ligne qui sépare nord-occitan et sud-occitan. L'occitan parlé au Nord de cette ligne est de dialecte limousin ; au Sud, en Bergeracois et Sarladais, il est de dialecte languedocien. A travers ces différences, les Périgourdins ont bien conscience de parler la même langue.

 

Un passé presigieux.

Un troubadour

L'occitan a été au Moyen-âge l'une des premières langues littéraires. Du XIème au XIIIème siècles, la civilisation occitane et la poésie des troubadours rayonnent sur toute l'Europe. Ces poètes ont créé en occitan une langue littéraire riche et raffinée, largement unifiée, prise comme modèle et imitée dans les autres langues d'Europe.

Le Périgord est l'un des premiers et des plus brillants foyers de cette littérature, quatre des plus grands troubadours, mondialement connus, sont Périgourdins : Arnaut Daniel de Ribérac, Bertran de Born d'Hautefort, Girault de Borneil d'Excideuil, Arnaut de Mareuilh de Mareuil-sur-Belle.

 

Langue du droit et du savoir.

L'occitan a été également l'une des premières langues d'Europe à remplacer le latin dans la rédaction des textes officiels, actes juridiques et administratifs, et des traités savants. Les archives du Périgord conservent des textes importants pour notre histoire, rédigés en occitan, comme les actes des conseils de ville de Périgueux et de Bergerac aux XIVème et XVème siècles.

 

Une culture toujours vivante.

Mistral

Malgré la suprématie grandissante du français, l'occitan a continué, à toutes les époques et jusqu'à aujourd'hui à produire des oeuvres littéraires. En 1904, c'est à une oeuvre en occitan, celle de Mistral, qu'a été décerné le prix nobel de littérature. On assiste actuellement à un renouveau de la créativité occitane dans tous les domaines : poésie, chanson, roman, théâtre, cinéma, radio, télévision. En Périgord, le succès d'un film comme "Histoire d'Adrien" en est un exemple parmi les autres.

La langue et la culture française, elles-mêmes doivent à la réalité occitane une part de ce qu'elles sont. Le vocabulaire français s'est enrichi et continue de s'enrichir de nombreux emprunts à l'occitan. De Montaigne à Pagnol, les écrivains occitans s'exprimant en français ont apporté à la culture française la marque de leur identité occitane.

 

Les racines de notre identité.

L'occitan est resté une langue majoritaire, et, pour une grande part de la population, unique, jusqu'au début de ce siècle. C'est la langue de toute notre culture populaire, d'une tradition de contes, chansons, dictons, histoires, particulièrement riche et toujours vivante en Périgord. C'est elle qui pendant des siècles a façonné la mémoire collective, les façons de sentir, de penser, de s'exprimer, qui font la personnalité originale des pays occitans dans leur ensemble et du Périgord en particulier. Elle reste marquée dans les noms de lieux et de familles, dans la façon même de parler le français, par l'accent, le vocabulaire, les tournures de phrases, même chez ceux qui ne savent plus l'occitan.

 

Un patrimoine irremplaçable.

La réalité occitane est ainsi une part constitutive de la culture européenne. Elle est reconnue et étudiée comme telle dans les universités étrangères : en Allemagne, aux Etats-Unis, au Japon même... Si en France elle a été longtemps refoulée par l'école, elle commence à être reconnue dans l'enseignement officiel. Pour tous les occitans, et les Périgourdins en particulier, connaître, défendre et faire vivre ce patrimoine, c'est connaître et conserver leur identité.


Retour au sommaire

- Les produits du domaine - La chambre d'hôtes - La table d'hôtes - La situation géographique - Le patrimoine environnant - Notre village -


Hit-Parade